A 30 ans, en amitié la qualité compte plus que la quantité

Une étude récente de l’APA (Association des psychologues américains) publiée dans Psychology and Aging a démontré ce que beaucoup d’entre nous soupçonnaient : au fil des années, les paramètres de l’amitié changent. Plus précisément, à 30 ans, la qualité compte plus dans l’amitié que la quantité.

Cette étude révèle que, dans la vingtaine, nous entrons en relation avec une grande variété de personnes qui enrichissent notre vision du monde, ce qui affecte notre personnalité et l’étendue de nos attentes.

À 30 ans, cependant, nous sommes socialement épuisés pour divertir d’autres personnes et préférons plus de qualité dans nos relations et matérialiser en bien-être tout ce que nous avons appris.

L’étude a montré que les relations dans les deux groupes d’âge avaient un effet à long terme : les personnes qui avaient beaucoup d’amis dans leur vingtaine et peu dans leur trentaine, mais de meilleure qualité, présentaient une meilleure santé psychologique dans leur cinquantaine. La conclusion ne se traduit pas par le fait d’avoir moins d’amis à 30 ans, mais de bien sélectionner ceux qui nous font vraiment plaisir.

L’amitié tout au long de la vie

L’importance que nous accordons à l’amitié reste constante tout au long de la vie, mais à chaque étape, elle se manifeste d’une manière différente.

Lorsque nous sommes petits, nous accordons plus d’importance aux figures d’autorité qui nous entourent : les parents et les enseignants. Nous entrons en relation avec d’autres enfants pour développer progressivement une conscience de notre individualité personnelle, pour mettre en mouvement nos compétences émotionnelles, cognitives et sociales à travers le jeu et l’école.

À l’adolescence, le concept d’amitié change radicalement. À ce stade, ce sont nos relations avec nos pairs et non avec les figures d’autorité qui détermineront notre caractère et notre formation identitaire naissante, qui sera plus ou moins troublante selon que nous serons capables ou non d’établir des relations avec d’autres adolescents partageant les mêmes idées.

À ce stade, l’amitié est vécue plus intensément et se normalisera avec le début de la jeunesse, lorsque l’amitié jouera un rôle crucial dans le développement de notre personnalité, de nos habitudes et de nos intérêts. À l’approche de la trentaine, ces relations seront moins nombreuses et plus sélectives.

Les amis à 20 ans

Quand on a 20 ans, tout notre monde est en ébullition. Nous ne sommes pas clairs sur beaucoup de choses, mais nous agissons sans crainte et avec une telle spontanéité que nous apprenons à connaître beaucoup de gens. Même les douleurs sont vécues de manière très intense et nous vivons dans le pôle de l’intimité contre l’isolement, puisque tout semble être très polarisé.

Comment sauver une amitié qui semble proche de sa fin ?
La véritable amitié n’a pas besoin d’être partagée tous les jours